Une histoire du magnétisme

Cet article de blog a pour objectif de vous proposer une approche synthétique de l’histoire du magnétisme qui va être développée dans les prochains articles puis dans un livre. Ce travail est malheureusement trop peu souvent effectué ou de manière très sommaire. Pour plus de compréhension des différents moments charnière dans cette histoire ô combien enrichissante, je vous propose d’en trouver un canevas d’abord synthétique puis plus détaillé. Les articles iront au cœur de chaque thématique présentant les grands auteurs, les grandes idées et comment le magnétisme s’inscrit dans son temps. Bonne lecture en espérant que vous y trouverez les éléments de votre pratique actuelle ou future.

Histoire du magnétisme

I – Aux origines : l'homme

Le magnétisme trouve son origine dans l’Homme car c’est lui qui va agir sur ses semblables (ou sur les animaux et végétaux). N’ayant pas de traces écrites des premiers êtres humains, nous ne pouvons procéder qu’à des conjectures qui paraissent bien conformes à ce que nous avons découvert par la suite. C’est comme aujourd’hui pour un certain nombre de magnétiseurs qui découvrent « par hasard » qu’en apposant leur main ou un souffle (attitude propre à beaucoup de mères sur leur enfant souffrant) sur la blessure de d’autrui ressort des sensations étranges (chaud – picotement) puis survient une situation de mieux être.

II - Les premières traces du magnétisme

Ce sont les Egyptiens qui nous apportent la première preuve écrite de l’existence du magnétisme. Remarquons l’attitude d’Isis qui impose ses mains sur Horus. Le papyrus de Thèbe nous rapport de cette période une maxime riche d’actualité : « pose ta main sur lui pour calmer la douleur, et dis que la douleur s’en aille ». Cette technique du magnétisme sera combinée à d’autres approches dont les guérisons dans les temples grâce aux songes. C’est sans surprise que ces agissements se retrouvent chez les Grecs qui ont côtoyés cette civilisation et les Romains par la suite. Les Gaulois développent une approche légèrement différente autour du personnage du Druide.

III - La chrétienté et le magnétisme

La première rupture dans cette avancée du magnétisme est sans conteste l’arrivée de Jésus. Faisant passer la religion du polythéisme au monothéisme, il supprime par là-même toute référence à des Dieux soigneurs pour se centrer uniquement dans Dieu. Les guérisseurs tels que nous les connaissons aujourd’hui se classent alors progressivement dans la catégorie des démons car tout ce qui n’est pas miracle religieux n’est que sorcellerie et voué à une persécution très forte, notamment pendant l’inquisition.

IV - Les premiers théoriciens du magnétisme

formation magnétiseur

C’est avec la Renaissance que le magnétisme refait surface à la fois grâce à une écriture plus libre, des traces plus importantes d’ouvrages et l’évolution des pensées. Surgissent les premiers théoriciens que sont Paracelse, Van Helmont, Robert Fludd, Agrippa, William Maxwell…. Toujours sous l’emprise d’une censure vigoureuse, ils ne dévoilent qu’à demi-mot leurs secrets mais l’on voit déjà se dessiner plusieurs pratiques du magnétisme avec l’utilisation de la pierre magnétique, des passes, des suggestions et surtout de l’influence d’un fluide universel.

V - La référence du magnétisme : Mesmer

C’est justement l’objet de la thèse d’un jeune autrichien, Mesmer qui s’intéresse à l’influence d’un fluide dans l’univers et sur les astres et de son rôle sur l’être humain. Travaillant initialement avec la pierre d’aimant, il s’en sépare rapidement ayant découvert qu’il avait les mêmes résultats avec le seul usage de ses mains. Il (re)découvre ainsi ce qu’il va nommer le magnétisme animal en opposition au magnétisme minéral utilisé jusque-là. Arrivé à Paris quelques années avant la révolution, son audience va rapidement exploser, devenant pendant quelques années un phénomène médiatique : des centaines de livres paraissent sur sa personne et ses pratiques et des milliers de personnes viennent se faire soigner au son de la musique et autour de son célèbre « baquet ».

Son succès va véhiculer des partisans, nombreux et variés mais également des détracteurs qui voient en lui une personne à abattre. Ce sont bien évidemment des médecins qui découvrent une concurrence déloyale car Mesmer parvient à guérir des personnes pour lesquelles il n’avait pas de solutions ; le monde politique qui commence à s’inquiéter de ces séances de banquet qui ont tendance à dégénérer et choquer les mœurs et bien évidemment le monde religieux qui voit dans ce personnage l’incarnation du démon.

VI - Les courants du magnétisme

Si le médecin ne va rester qu’une dizaine d’année en France, il apporte une véritable rupture de paradigme avec un avant et après Mesmer. L’éventail des pratiques actuelles se trouvent cristallisées autour de sa personne et de son approche.

Nous allons bien évidemment trouver ses dignes successeurs autour du matérialisme et de la transmission d’un fluide magnétique. Deux écoles se forment alors entre ceux qui considèrent que l’homme dispose en lui de ce fluide et l’autre qui considère au contraire que le fluide fait partie d’un grand tout (l’Univers) et qu’ils n’en sont que des transmetteurs.

Le magnétisme va connaître également avec Puységur une nouvelle approche qui prend d’abord le nom de somnambule magnétique avant de devenir l’hypnose. Une autre ramure va s’orienter vers la spiritualité et une dernière vers l’importance de la volonté.

Ce foisonnement d’idées, de penseurs et de pratiques dans cette fin du XVIIIe siècle va également amener une grande part de suspicion et d’opposition qui mélange le corps politique avec des enquêtes sur les agissements pouvant relever de l’occultisme, le corps médical et l’Académie de médecine qui tente de classer toutes ces techniques dans le charlatanisme et enfin de la religion qui voit en Mesmer et ses successeurs l’œuvre du diable.

VII – La pratique

stage magnétisme

Mais le magnétisme n’a pas donné son dernier mot. S’il n’a pas connu d’autres révolutions depuis à l’image de celle proposée par Mesmer, il reste un élément incontournable dans le parcours de soin populaire. Malgré (ou à cause) d’une scientificité de plus en plus forte et une médecine allopathique de plus en plus efficace, les médecines alternatives ou douces pour reprendre une terminologie plus actuelle, ne cessent de perdurer et poursuivent leur progression comme complément à la médecine officielle.

La formation magnétisme proposée par le Centre de Formation de l’Ermitage se propose de revenir sur cette évolution historique du magnétisme et surtout d’apprendre son usage pour accompagner ses proches ou des clients. Les articles de ce blog vous feront découvrir au fur et à mesure cette histoire détaillée et très riche d’un art vieux comme l’Homme.