Comment travaille le géobiologue ?

Si chaque géobiologue à ses petites astuces, trucs qu’il a appris ou expérimenté, ils travaillent tous sur les mêmes éléments et dispose donc d’un socle commun. Son travail se découpe en deux grandes rubriques : détecter et agir.



Sur quoi travaille le géobiologue ?


La géobiologie est née avec la sédentarisation de l’homme. Dans les temps anciens, les romains faisaient brouter des moutons pendant au moins six mois à l’endroit où ils projetaient de construire leur habitation. Passé ce délai, ils ouvraient leurs entrailles et regardaient l’état des viscères. Si ce temps long n’est plus d’actualité aujourd’hui, le travail du géobiologue reste le même, rechercher les éléments pathogènes là où restent longtemps les êtres vivants. C’est ainsi qu’il intervient principalement sur les maisons mais également dans les entreprises (où l’on peut passer 8 heures de son temps sans bouger au même endroit) ou les exploitations agricoles. Les animaux ont une sensibilité beaucoup plus forte que l’être humain et sont très sensibles aux endroits dans lesquels les traces d’éléments pathogène venant du sol ou de l’électricité agissent fortement.


Détecter les éléments pathogènes


Le premier travail auquel procède le géobiologue est de détecter et cartographier les éléments pathogènes présent sur le lieu d’habitation.


Comment détecter ?


Le géobiologue va agir sur les éléments pathogènes de la maison. Mais qu’est-ce qu’un élément pathogène ? Il ne s’agit pas d’objet ou de formes visibles à l’œil nu. Il s’agit d’éléments liés à la terre. C’est pour cela que la géobiologie est l’art qui trouve son origine du grec "gê" : la Terre, "bios" : la vie et "logos" : la connaissance. Ces phénomènes, qui vont être décrits juste après, ne sont pas visibles à l’œil nu. Lorsque le géobiologue indique à son client que son lit est placé à la verticale d’un cours d’eau, personne, ni le client ni le géobiologue ne le voit. On parle de choses, d’éléments qui ne sont pas visibles directement à l’œil nu.


Le géobiologue a donc pour objectif de localiser des éléments qui ne se voient pas directement. C’est pour cela qu’il va utiliser certains appareils ou instruments spécifiques. Il s’agit d’un pendule, d’une baguette (de sourcier ou en L), d’une antenne de Lécher, d’un lobbe Hartmann… suivant ses préférences ou envies et, pour la partie électrique, des appareils de mesure des champs électromagnétiques basse fréquence et haute fréquence.




Que recherche le géobiologue ?


Le géobiologue, comme nous l’avons dit, travaille sur des éléments invisibles à l’œil nu. Il recherche pourtant des choses qui existent réellement. Ces éléments peuvent être regroupés en fonction de leurs caractéristiques communes.


  • Les éléments liés à la terre. Il s’agit :

o Des cheminées cosmo-telluriques. Permettant à la terre de respirer (entre la terre – tellurique et le ciel – cosmos), ces cheminées viennent pomper l’énergie des être vivant se situant dessus.

o Les Vortex sont également une source pathogène provenant de la terre et agissant sur les êtres vivants ;

o Les failles. Il s’agit de la juxtaposition de deux types de terre différente (glaise ou calcaire par exemple) qui vont laisser s’échapper des rayons gamma à la source de souffrances pour les êtres vivants séjournant à leur verticale.


  • Les éléments liés à l’eau. Il peut s’agit de nappe d’eau, de cours d’eau ou d’eau croupi (marais) qui vont là aussi agir négativement sur les espèces animales.


  • Les éléments liés aux réseaux. La terre est comme quadrillée par un maillage plus ou moins serré de réseaux qui trouvent leurs sources dans les différents métaux. Ce qui va être perturbant pour l’être humain est le croisement de certains réseaux, dont celui de Hartmann et Curry.


  • Enfin, dans sa version moderne, le géobiologue va rechercher tous les éléments liés aux champs électromagnétiques.

Comment agir ?


Formation Géobiologie
Professeur Tryphon Tournesol à la recherche d'éléments avec son pendule

Le géobiologue agit en deux temps :


Cartographie du lieu


Dans un premier temps il va réaliser le diagnostic de la maison. Grâce à ses instruments de détection, il va reconstituer la nature du sol qu’il retranscrit sur un plan.


Modifications à apporter


Grâce à ce schéma des différents éléments pathogènes présents dans la maison (cheminées cosmo-telluriques, failles, cours d’eau, nappe d’eau, réseaux Curry, Hartmann…), le géobiologue va pouvoir travailler sur la maison. S’offre à lui deux techniques différentes :


La première consiste à déplacer les meubles-mobilier sur lesquels ressortent des points pathogènes. Le premier élément à prendre en compte est bien évidemment le lit car nous dormons à la même place sans bouger 8 heures par jours durant toute notre vie. C’est donc la pièce principale sur laquelle il convient de travailler. Vient ensuite les canapés-sofa où la plupart des personnes restent également dans un état stationnaire quelques heures dans la journée puis la table à manger. Dans un autre registre, l’emplacement sur son lieu de travail doit également étudié avec une grande attention car la plupart des personnes y passent autant de temps qu’allongé sur leur lit sans bouger.


La seconde technique peut être mise dans deux cas de figure. Les habitations actuelles sont souvent de petite taille avec des chambres de 9 m² dans laquelle le lit ne peut pas prendre une autre place que celle qui lui est attribuée. En effet, entre l’emplacement de la porte d’entrée, des prises électriques et les placards intégrés. Si le géobiologue a constaté une ou plusieurs zones à éviter, il va être rapidement confronté à un manque de place pour changer la localisation du lit.

La seconde provient d’une tradition de beaucoup de géobiologue qui ont appris à modifier les effets négatifs des éléments pathogènes provenant de la terre. C’est ainsi que presque chaque géobiologue va utiliser ses propres techniques. Certaines solutions sont rapides à mettre en place : présence de Coquilles Saint-Jacques par exemple et d’autres beaucoup plus physique en enfonçant des pieux métalliques dans la terre autour de la maison.



La formation de géobiologie que je propose au Centre de l’Ermitage propose à la fois de découvrir les différents éléments pathogènes à travers les instruments de détection et la réalisation d’un plan mais également un ensemble de techniques permettant de contourner les effets négatifs des éléments pathogènes présents dans les habitations. Je propose également le rapport que je complète lors de mes expertises afin que chacun puisse avoir un document de travail afin d’avancer dans la réalisation de ses propres études de maison.