Astérix alchimiste ?

Il s'agit d'aller questionner le dernier album d'Asterix : "Astérix et le Griffon" sur le lien qu'il peut entretenir avec l'alchimie. L'on va alors se rendre compte qu'il n'y a pas un élément fortuit mais plutôt de nombreuses références qui nous permettent de classer cet opus comme une clef de lecture de l'alchimie.



Cette vidéo va vous permettre de découvrir certains faits troublants associant l'aventure d'Astérix et le Griffon avec l'alchimie. Il ne s'agit bien évidemment pas d'aller tout décortiquer, ce qui constitue davantage le travail d'un ouvrage à part entière ou d'une vidéo beaucoup plus étoffée mais de trouver non pas un mais plusieurs faits troublants

Le Griffon

Tout d'abord le griffon qui est un animal imaginaire constitué de plusieurs espèces : l'aigle et le lion, qui sont pour les alchimistes les symboles du fixe et du volatil. On retrouve cet animal dans de nombreux ouvrages et illustrations d'alchimie et dans certaines représentations comme par exemple dans les stalles de la cathédrales de Poitiers qui avaient été étudiées par Canseliet et que vous pouvez retrouver dans les articles de blog (et certainement dans une vidéo à venir).

La particularité du Griffon c'est également ses oreilles qui sont des oreilles de cheval. Et comme par hasard, sur quoi se trouve Astérix ? Sur un cheval. Ces premiers éléments de la couverture vont nous laisser maintenant aller examiner ce qui se trouve à l'intérieur de l'opus.

Le loup gris

Un autre animal que l'on retrouve dans un certain nombre d'ouvrages sur l'alchimie est le loup gris. C'est l'animal qui vient à la rencontre de nos amis gaulois perdus dans la steppe. C'est encore lui qui emmène Idefix dans la découverte de nouvelles terres. Et Panoramix nous offre alors une phrase toute énigmatique : "Au contact du loup, ton Idefix redevient un peu sauvage". Et en effet, pour les alchimistes, le loup gris est le symbole de l'antimoine qui a la particularité d'aller travailler les métaux (sauf l'or).

Lors de l'adieu de nos gaulois, tous les habitants du village sont réunis. On remarque le loup qui est présent, accompagné de six autres loup. Ce qui nous en donne sept au total, comme les sept planètes en astrologie traditionnelle et également des sept métaux. Encore des indices troublants.

Le matériel

Le matériel par la suite n'est pas en reste. Nos gaulois font la rencontre des habitants, certains des portraits crachés d'Astérix et Obélix et d'autres avec leurs métiers spécifiques dont un bouilleur de cru. Celui utilise, ce que l'on voit au fond de l'image, un alambic pour procéder à des distillations ! Comme par hasard. Et un autre matériel utilisé par les alchimistes est l'athanor qui nécessite d'y apporter un feu particulier, le feu secret des alchimistes. Quel est-il? Panoramix nous en livre quelques éléments en nous indiquant, à propos de la potion magique qui a brûlée que "le trèfle à quatre feuilles devient instable à basses températures". Il aurait pu nous dire, ce qui était plus cohérent avec le contexte qu'il perd ses pouvoirs lorsqu'il est gelé, mais ce n'est pas exactement la même signification.

La voie sèche

Lorsque Panoramix tente de refaire de la potion magique, il lui faut certains ingrédients qu'essaye de lui apporter un habitant, permettant d'apporter quelques éléments de dérision et de couper l'histoire. Il amène des marmottes à la place des carottes, du lard à la place du homard. Jusque-là ce sont des éléments comestibles très bons pour faire une soupe, une potion magique. Mais à la dernière image, il ramène une pince et deux selle de cheval. Qui va aller manger ces éléments dans sa soupe ? La pince, ce n'est pas n'importe laquelle, c'est une pince qui permet de tenir un creuset dans le feu. Le creuset utilisé par les alchimistes dans la voie sèche. Encore un indice supplémentaire. Et il ramène 2 selles. Le sel est un élément utilisé également par les alchimistes. Non pas un mais deux, des éléments que l'on retrouve dans un certain nombre d'ouvrages d'alchimie.

On va pouvoir y voir également un message secret, la fameuse utilisation de la langue des oiseaux (et comme par hasard on remarque le griffon juste derrière qui est moitié oiseau). Car il va falloir rajouter une "pincée de sel", un ingrédient particulier !

La quête de l'or - la quête alchimiste ?

Finissons par le but de l'alchimiste. Dans la vision classique, l'alchimie cherche à fabriquer de l'or pour s'enrichir, à transformer le plomb en or. Ce pourquoi l'on trouve tant de secret dans les ouvrages alchimiques c'est que la quête est certainement toute autre. Et qu'elle n'est pas la surprise du commandant romain lorsqu'il découvre que Terrinconus est venu pour la quête de l'or : "on n'est pas venu pour l'or, on est venu pour le griffon", on est venu pour la quête, l'unique objet de cette recherche périlleuse. D'ailleurs, et en signe de représailles, il va perdre tout son or le long du parcours.

D'autres éléments

Il existe bien évidemment de nombreux autres éléments permettant de trouver des explications, des allusions, des références à l'alchimie dans cette oeuvre. Citons juste pour finir le commandant romain qui indique à un moment, "il faut prendre le lion par les cornes". C'est une expression que je ne connais pas. On dit au contraire "il faut prendre le taureau par les cornes". Cela peut paraître surprenant qu'une telle erreur se soit glissée dans la bande dessinée.

7 vues